Aller au contenu principal
Logo du ministère en charge de l'agriculture

EPLEFPA Tarn et Garonne

Histoire du château

• Ce manoir visité à plusieurs reprise par des érudits locaux notamment les membres de la société archéologique à la fin du XIXème et en 1901.

• C'est une propriété qui porte le nom d’un riche bourgeois de Montauban. Capou, Capoue ou plutôt Capo. La famille des Capo semble avoir été au Moyen-Âge l’une des plus influentes, des plus riches et des plus considérées.

• On retrouve plusieurs membres de la famille avec titre de « merchant » : marchand en gros, négociant. Les Capou étaient drapier à Montauban.

• Employé seul, le mot de 'merchant' faisait bénéficier ceux qui le portaient des privilèges accordés par le roi aux marchands de Montauban. Ceux qui n’ont pas de privilèges portent à côté du titre de 'merchant' la qualification de leur négoce (banquier, aiguilletier…).

1425 : RAMON CAPO (fils de PIERRE CAPO) est Consul à Montauban. Le 1er Capou mentionné dans les documents est Pierre Capo. Si on en croît un acte de 1431 il était très riche et possédait de nombreux immeubles dont une maison sur la grand place. La seconde allait de la rue d’Elie à la rue Malcousinat. Il possédait aussi le 16e un moulin placé sous le pont du Tarn et une grande métairie au lieu-dit 'Bas Pays'.

• RAMON CAPO a eu trois enfants : Jean, Odet et Catherine. Jean a été Consul à Montauban de 1540 à 1549. Catherine a été Consul en 1547.

• C’est probablement ODET CAPO qui fait construire le château au début du XVI ème siècle. Ses tours ont été décapitées. A la fin du siècle dernier, il a été très fortement remanié. Si la partie droite, qui contient une sorte de donjon formé d'une tour polygonale et flanqué d'une échauguette dont la partie inférieure se terminait jadis en poivrière (poivrière renversée) n'a pas été trop modifiée, la partie gauche du château, qui remontait en partie à la fin du XVIII ème siècle a disparu pour faire place à un corps de logis terminé par une rangée de « mirandes ».

1621 : Capou aurait servi de résidence au Duc de Luynes pendant le siège de Montauban.

1772 : CATHERINE DES MIRA lègue le château à JACQUETTE CAUMONT DE LA FORCE.

1791 : JACQUETTE CAUMONT DE LA FORCE, seigneuresse de Capou lègue le château à ses nièces (Jacquette et Catherine). JACQUETTE RENEE CAUMONT DE LA FORCE lègue le château à son époux FRANCOIS POURSILLIE (négociant à Montauban).

Château 1834 : décés de M. Poursillié

1835 : le domaine de Capou est attribué à JEAN-PIERRE POURSILLIE, l'ainé des deux enfants.

• Aux termes d'héritages successifs, le domaine de Capou est devenu la propriété de :
   - Madame ROSE REMY DUPEYRE, veuve de Monsieur Jean-Pierre Poursillié, décédé le 17 juillet 1851.
   - Monsieur le colonel MAXIMILIEN SYMPHORIEN DUPEYRE, frère de Madame veuve Poursillié, décédée le 15 novembre 1884.
   - le colonel, en vertue de son testament du 17 mai 1900, lègue la proprièté à LOUISE CROS épouse SALZES et MARIE-CLAIRE CROS épouse DE LA BATIE. 1901 : vente du château au colonel ROLLIN, capitaine d'artillerie, pour la somme de 58 000 francs.

1934 : décès de M. Rollin, ses neuf enfants héritent du domaine.

1945 : vente du château à M. JEAN-YVES BRUN, négociant à Montauban et Madame MARIE-JEANNE GRIMAL, négociante, son épouse.

1946 : le département de Tarn-et-Garonne rachète le domaine de M. Brun et le met à disposition du Ministère de l'Agriculture pour y installer l'ECOLE MENAGERE AGRICOLE.

5 juin 1948 : inauguration officielle de l'Ecole Ménagère de Capou.

Références bibliographiques :
• BSATG T n°33 -BSATG 1er trimestre 1903, p 49.

Remerciements à Mme Carole Corniou-Douziech et au Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine.